Figaro Nibelis - Janvier 2017 - Tanguy Le Turquais

Nibelis, partenaire principal de Tanguy sur la Solitaire 2017

By | Partenariats | No Comments

En route vers la Solitaire du Figaro 2017 avec Nibelis

C’est officiel, en 2017 Tanguy Le Turquais courra sous les couleurs de l’entreprise Nibelis,  spécialisée dans les outils de gestion de paie et de ressources humaines en Cloud. Un magnifique programme sportif de mars à septembre, avec comme point d’orgue, une 1ère participation à la Solitaire du Figaro URGO en juin pour le skipper vannetais. 

Grâce au soutien de ce nouveau partenaire principal, et la présence confirmée de son partenaire Lizmer, Tanguy s’alignera pour la première fois de sa carrière sur la ligne de départ de la Solitaire du Figaro URGO. Une course parmi les plus exigeantes en course au large, qui réunit chaque année les meilleurs marins au monde pour 4 étapes de 3 à 4 jours le long des côtes espagnoles, françaises, et britanniques. La spécificité de cette épreuve ? Tous les concurrents s’affrontent à armes égales sur des bateaux monotypes de 10 mètres : les Figaro Bénéteaux 2.

Parcours Solitaire du Figaro 2017
Le podium « bizuth » pour objectif sportif 

Tanguy Le Turquais, skipper Nibelis : « Après 2 titres de champion de France en Mini 6.50, je vois un peu cette arrivée sur la Solitaire comme une entrée en Ligue 1 chez les footeux ! C’est un privilège exceptionnel, et je me dois d’être au rendez-vous. Je mets tout en oeuvre, mais je sais également que je vais être confronté à plus de 40 concurrents qui auront pour la plupart fait cette course un certain nombre de fois. A titre d’exemple, les rumeurs du retour de certains cadors du Vendée Globe actuel, comme Jérémie Beyou ou Yann Elies, circulent déjà… Bref, il va falloir se battre comme un damné pour me faire ma place, et le podium du classement bizuth (classement qui réunit tous les 1ers participants à La Solitaire) me parait un magnifique objectif. Après, si je peux marquer les esprits sur le classement général d’une étape, je ne suis pas contre ! »  

Nibelis, partenaire principal convaincu : 

Alain Crémer, président de Nibelis : « Nibelis retrouve dans l’accompagnement de Tanguy autour de la Solitaire du Figaro un jeune skipper qui symbolise à la perfection nos valeurs  : une motivation et un courage sans limites; une parfaite maîtrise de son bateau et de son environnement, un sens de l’organisation, avec des méthodes puissantes et efficaces pour gérer au mieux sa réussite. Fort de ce partage de valeurs, Nibelis souhaite  donner à Tanguy les moyens de sa réussite et accroître sa notoriété.
Nibelis veut partager et encourager le sens de l’effort, une des valeurs phare de ses équipes. Dans un monde complexe où les entreprises sont en permanence en recherche de solutions plus innovantes, fiables et productives, Nibelis s’identifie à la recherche du meilleur, voire de la perfection … comme Tanguy.« 

A propos de La Solitaire URGO Le Figaro : http://www.lasolitaire-urgo.com/
A propos de Nibelis : https://www.nibelis.com/
A propos de Tanguy Le Turquais : http://tanguyleturquais.fr/tanguy-le-turquais/

Tanguy Le Turquais - Photo de Christophe Breschi

Magnifique 3ème place sur la Mini Transat 2015

By | Résultats | No Comments

Tanguy Le Turquais est arrivé hier soir, dimanche 15 novembre, à 19h50 heure française à Pointe-à-Pitre, au terme d’une superbe traversée de 15 jours 4 heures 40 minutes et 12 secondes. Il monte ainsi sur la 3ème marche du podium de cette Mini Transat, derrière Ian Lipinski (Entreprise(s) Innovante(s)) et Julien Pulvé (Novintiss). Il est le 1er bateau « bout pointu ancienne génération » à passer la ligne d’arrivée, il aura donc gagné une course dans la course ! 

Catherine Ecarlat, rédactrice pour la Mini Transat, a recueilli à chaud les propos de Tanguy :

Ravi, positif, heureux, troisième de la Mini Transat Iles de Guadeloupe en bateaux de série,  Tanguy le Turquais (Terréal) termine « à sa place » comme il dit. Il a tout donné, il ne regrette rien. Il est comme ça Tanguy, toujours constructif. Premier des bateaux « pointus », il s’est battu comme un lion pour minimiser l’écart avec les bateaux récents. Et ce qu’il retient c’est tout ce qu’il a appris, encore, sur cette Transat en Mini, avant de voguer vers d’autres circuit.

Je suis allé loin
« J’ai bien mangé, j’ai bien dormi. Quand le soleil se couchait, j’allais me coucher ! Il paraît qu’à la nuit tombée, le corps sécrète une hormone qui donne envie d’aller dormir donc j’ai fait ça ! Et quand il y avait des changements de voile à faire la nuit, j’étais en colère !
Mais j’étais à fond quand même… Je ne sais pas comment ils étaient devant, mais je pense que j’ai encore plus tiré sur mon bateau qu’eux. Je suis allé loin. J’ai tiré sur mon bateau comme si je faisais une sortie à la journée et que je pouvais rentrer au port réparer le soir alors que j’étais au beau milieu de l’Atlantique. Quand j’ai réalisé ça, j’ai calmé un peu le jeu. »

Fier de Ian et Julien 
« Ian et Julien font une super course, il n’y a rien à dire. Ils ont eu des conditions qui correspondaient bien à leurs bateaux. Ce sont d’excellents marins, ils ont fait une super trajectoire et, en plus, ils se sont tirés vers le haut. C’était leur transat et c’est très bien comme ça ! Je suis très fier d’eux et je suis sûr que la vie nous permettra de nous retrouver encore sur l’eau. »

3e de l’étape et de la course
« Je suis complètement à ma place parce qu’au final ceux qui étaient devant étaient vraiment devant et ceux qui étaient derrière étaient vraiment derrière. J’ai juste passé 24h avec Edouard Golbery, qui a fait une super course aussi, ça fait du bien de discuter un peu ! »

Apprendre sur soi
« Je n’ai pas gagné, mais ce n’est pas grave. J’ai envie de faire la course au large mon métier : j’ai encore fait une transat en solitaire et j’ai encore appris plein de choses. Un petit peu sur le bateau et la stratégie, mais j’ai surtout encore sur lebonhomme. Ces transats-là ne sont vraiment pas faciles, même si celle-ci était plutôt cool côté météo, mais on apprend toujours beaucoup de choses notamment sur la maîtrise de soi, à se centrer et se fixer des objectifs. On est constamment amenés à faire des choix en course au large en solitaire. Et, à partir du moment où tu fais ces choix et que tu les assumes, tu arrives ici sans avoir de regrets puisque tu as tout fait sans regret. »

On tourne une page !
« Quatre ans de Mini, ça y est c’est fini, c’était cool : j’ai deux titres de champion de France, une belle place de troisième ici. Maintenant je regarde vers l’avant, je vais partir sur le circuit Figaro Bénéteau. J’ai très envie de continuer de progresser. LeMini est une école incroyable.  Le partenariat avec Terréal se termine aussi, on tourne une page ! »

Une Mini Transat joliment engagée

By | Vidéo | No Comments
Analyse à froid de cette belle 2nde place par Tanguy Le Turquais

Le skipper de Terreal est arrivé second de cette 1ère étape de la Mini Transat Îles de Guadeloupe ! Une magnifique performance, au terme de 7 jours et 22 heures de course. Devant lui, c’est Ian Lipinski, à bord du 866 Entreprise(s) Innovante(s), qui rafle la mise, remportant une étape Douarnenez-Lanzarote qui s’est déroulée dans des conditions presque idylliques au dire de tous les concurrents.

Tanguy revient pour nous sur cette belle 2nde place et sur ses sentiments à froid, 2 semaines après son arrivée à Lanzarote (Îles Canaries).

 » Une belle navigation, peu d’erreurs, pas trop de casse ! »  

Cette 1ère étape était incroyable ! On a commencé dans du vent très faible compliqué pour les nerfs et à cause de mon option météo j’ai même été classé dans les dix derniers à un moment ! (sur 46 concurrents en série – ndlr). Mais cette option a finalement payé, et je suis sorti du Golfe de Gascogne dans le paquet des 4 premiers. Ensuite on a eu du portant fort le long du Portugal puis du portant plus faible et plus tranquille jusqu’aux Canaries, il faisait bon, beau… c’était vraiment chouette !

 » Forcément un brin de déception lorsque l’on a pour objectif de gagner… »

Je suis bien évidemment satisfait de cette 2nde place ! C’est un sport mécanique et j’aurais pu avoir une vraie déception… Mais c’est vrai que mon objectif est de tenter de gagner la Mini Transat, donc forcément, j’ai plus tendance à regarder devant que derrière ! J’ai fait une erreur à la fin en restant trop à l’Est de la flotte, ce qui m’a couté plus de 4 heures de retard sur Ian, il avait un meilleur angle, et plus de vent et m’a mis 30 milles la dernière journée ! C’est bien de pouvoir identifier cette erreur, mais j’ai quand même du boulot pour tenter de rattraper les 7h30 de retard total pendant la 2nde étape. Ce qui est bien, c’est que je pars en mode « chasseur », j’aime bien cet état d’esprit !

 » Paré pour la 2nde étape !  » 

Le mois à Lanzarote permet de remettre les compteurs à zéros, de reprendre des forces, de préparer le bateau, et on repart frais comme des gardons pour la 2nde étape !  Ca va être très dur de faire la différence dans l’autre sens pendant la 2nde étape, mais je vais tout faire pour ! L’exercice est plus long et assez différent, gageons que ça sera en ma faveur.
Quoiqu’il en soit, il faudra déjà essayer de sécuriser un podium ! Le 4ème n’est que 4h derrière, il peut tout à fait revenir… ça va être super intéressant à suivre !

La suite du programme 

Le départ de la 2nde étape vers La Guadeloupe sera donné le 31 octobre. Pourquoi un tel délai ? Pour attendre que la saison des cyclones aux Antilles soit terminée et que les Alizés qui porteront les coureurs de l’autre côté de l’Atlantique soient bien calés !

En attendant, Tanguy est de retour en France une petite dizaine de jours pour répondre à des obligations professionnelles puis repartira pour Lanzarote afin d’entamer le dernier acte de cette magnifique Mini Transat Îles de Guadeloupe.

Le classement série de la 1ère étape :1) Ian Lipinski (Entreprise(s) Innovantes – 866) en 7j 14h 31min 24s
2) Tanguy Le Turquais (Terreal – 835) en 7j 22h 5min 31s
3) Charles Fernbach (Le Faufiffon Hénaff – 869) en 8j 01h 25min 34s